Le terme fut ensuite repris par la troupe de comiques britanniques des Monthy Python, dans un sketch ou un serveur de restaurant n'avait rien d'autre à proposer que du spam à toutes les sauces : oeufs au spam, saucisses avec du spam...

Depuis, le terme "spam" est associé, dans l'imaginaire collectif, à la notion de "mauvais goût" et surtout de répétitif, exactement comme la réplique célèbre "le poumon!" dans l'acte 3 du Malade imaginaire de Molière.

Quelques jours suffisent pour qu'une boîte aux lettres soit inondée de spam.

De Charybde en Sylla, les spammeurs, séduits, vont rapidement adopter cette technique pour promouvoir tout et n'importe quoi. Certains pirateront des adresses électroniques afin d'usurper les identités de particuliers et effectuer des envois de courriers électroniques en nombre, partant à la pêche aux gogos (phishing) pour tenter de récupérer des informations confidentielles.

D'autres dissémineront ainsi des virus, vers et autres chevaux de Troie.